Le sentiment européen

 

Dans le cadre d’un enseignement CERCIP proposé par l’Université de Tours, Zeyneb Boulehat, étudiante en troisième année de droit à la Faculté des deux Lions, participe aux activités de la Maison de l’Europe de Tours. Elle nous livre dans cet article sa vision sur le lien entre l’absence de sentiment européen et l’abstention lors des élections européennes.

Alors que les élections européennes approchent à grand pas, les sondages montrent le risque d’un taux d’abstention considérable. Ce risque peut être expliqué par diverses raisons, mais la plus importante est celle du sentiment européen.

Qu’est ce que le sentiment européen ? Par cette notion, il faut comprendre le sentiment de chaque citoyen des différents Etats membres de l’Union européenne, de se reconnaître comme citoyen européen, de voir l’Union européenne dans sa globalité comme un tout indivisible, une unité européenne.

Ce sentiment vise aussi la reconnaissance et la fierté éprouvée par chaque citoyen d’être européen, le fait de se sentir concerné par l’Union européenne et de voir l’appartenance à l’Union européenne comme une chance.

Malheureusement ce sentiment de fierté, de se sentir «citoyen européen » n’est pas partagé par tous les citoyens des Etats membres de l’Union.

En effet, plusieurs personnes interrogées par le journal Libération, dans un article du 20 mai 2019, ont donné des avis divergents concernant l’Union européenne et les élections européennes.

Cet article met en lumière le fait que certains citoyens considèrent que les élections européennes prévues ce dimanche sont un moyen d’expression pour les jeunes, il faudrait donc lutter contre l’abstention et faire son devoir de bon citoyen européen. Tandis que d’autres déplorent le manque d’audience de l’Union européenne, de médiatisation qui expliquerait que les citoyens s’abstiennent lors des élections puisqu’ils n’ont pas connaissance des enjeux et ne savent ni pour qui voter ni pourquoi.

Le manque d’information, de médiatisation conduit les citoyens européens à s’abstenir puisqu’ils ne se sentent pas concernés, ils se sentent citoyen d’un Etat avant tout, ce qui s’exprime lors des élections présidentielles nationales, à forte participation. Ces citoyens ignorent le lien entre l’État dont ils sont membres et l’Union européenne, ils ne voient pas en quoi leur vote aurait des conséquences sur leur Etat et sur leurs situations personnelles. Il ne faut pas non plus négliger les personnes qui se considèrent « nationalistes » et qui souhaitent voir la France hors de l’Union européenne, qui vont soit voter pour des partis nationalistes, soit boycotter les élections européennes.

De plus, un sondage BVA/Presse régionale du 22 mai 2019 indique que la participation aux élections européennes est estimée entre 46% et 52%. Il est donc clair que les élections européennes n’intéressent pas la grande majorité des citoyens français.

Ce sondage s’inscrit dans la même ligne que l’historique du taux d’abstention, les élections européennes ne sont pas celles qui mobilisent le plus. Cependant, l’abstention n’équivaut pas toujours à un manque d’intérêt, puisque certains citoyens se disent intéressés par les élections européennes mais n’iront pas voter de manière volontaire, ou opteront pour un vote blanc.

Enfin certains facteurs importants sont fondamentaux dans l’explication de l’abstention, du manque d’intérêt, pour les élections européennes.

Il faut tout d’abord prendre en considération l’âge des citoyens, il est démontré que l’intérêt pour les élections européennes évolue avec l’âge. Ainsi selon le journal Ledauphine.com ce sont les plus âgés qui déclarent s’informer des scrutins (50-64 ans), leur vote profitera à certains partis plus qu’à d’autres.

Ensuite, il faut ajouter le critère socio-professionnel, les chefs d’entreprises et les indépendants seraient qui sont les plus intéressés par les élections européennes.

Et le dernier critère important, les élections européennes intéressent plus les grandes et moyennes agglomérations que le milieu rural.

Sources :

https://www.ledauphine.com/france-monde/2019/05/22/sondage-qui-s-interesse-vraiment-aux-elections-europeennes

https://www.liberation.fr/evenements-libe/2019/05/20/sauver-l-europe-avant-que-la-jeunesse-ne-se-sauve_1728261

Zeyneb Boulehat, L3 de droit privé à l’Université de Tours.